Insectes nuisibles dans la maison : savoir les identifier

Louise Roy

Alors que vous êtes installé confortablement sur le douillet divan de votre salon, une mouche disgracieuse se pose sur votre nez et vous réveille subitement. Vous venez d’acheter une maison neuve dans les Laurentides, et sans crier gare, une colonie de fourmis vient s’établir sous votre toit, sans même payer de loyer. En ouvrant la porte-patio, vous voyez, à votre plus grand désarroi, des perce-oreilles entrer dans la maison et se cacher sous le tapis.

Qui n’a jamais découvert d’insectes nuisibles dans sa résidence ? Dans le but de mieux les identifier, voici les fiches de quelques insectes communs les plus susceptibles de se retrouver dans les maisons québécoises.

Fourmi
Ces petites créatures se réfugient dans les maisons notamment pour rester au chaud durant la période hivernale. Elles entrent par les fissures de la fondation des maisons ou par des ouvertures présentes dans la structure des résidences. Il existe plusieurs espèces de fourmis au Québec, notamment la fourmi charpentière, qui est la plus dommageable pour les maisons car elle creuse des galeries et des chambres dans le bois de charpente.

Cloporte
La présence récurrente de ce petit crustacé dans une maison indique un grave problème d’humidité, comme une fuite d’eau. Le cloporte préfère les endroits sombres et humides telles que les caves et se nourrit de déchets moisis ainsi que de végétaux en décomposition.

Puce
Mesurant de 1 à 4 mm de long, cet insecte parasite se propage très facilement dans les maisons au gré des allées et venues des animaux et des humains. Les piqûres de puces causent de fortes démangeaisons et de l’irritation. De plus, à force de se gratter et de se mordre, les animaux infestés peuvent perdre leurs poils. Les puces peuvent également transmettre des maladies et être le véhicule de bactéries néfastes.

Araignée
Dans les maisons, les araignées sont principalement retrouvées à l’intérieur des placards, au coin des murs, dans le garage et au sous-sol. La présence d’araignées dans les résidences est bénéfique car ces dernières se nourrissent d’insectes nuisibles tels que les pucerons et les cloportes. D’ailleurs, la présence en grand nombre d’araignées dans une maison signifie qu’il y a beaucoup de ces insectes. Commencez par vous débarrasser de ces derniers et les araignées partiront également car elles n’auront plus de quoi se nourrir. Timide, l’araignée préfère aller se cacher plutôt que de confronter ses visiteurs : elle ne représente donc pas un danger pour les occupants de la maison même si certaines espèces peuvent infliger une morsure venimeuse (comme la veuve noire). Soyez rassuré, les morsures d’araignées ne causent que rarement des complications graves.

Blatte germanique (coquerelle)
Les blattes sont introduites dans les maisons, les immeubles et les commerces notamment par les emballages et produits achetés dans les marchés d’alimentation. Elles sont retrouvées dans les cuisines et les salles de bain où il y a présence d’eau, qui est primordiale à leur survie. Ces insectes nuisibles mangent pratiquement n’importe quoi et représentent une menace pour la salubrité de votre demeure. En effet, comme les blattes ont tendance à fréquenter les poubelles et les endroits insalubres, les germes se collent à leur corps et peuvent être transportés sur les surfaces avec lesquelles elles entrent en contact.

Certes, il existe encore beaucoup d’autres espèces d’insectes nuisibles au Québec tels que le perce-oreille, l’acarien, la mouche domestique et la punaise de lit. Si votre résidence est infestée d’une de ces espèces, faites rapidement appel à des professionnels de la gestion parasitaire pour y voir.

Post Tagged with:

Share for: